samedi 1 décembre 2018

Création de l’association Pôle Agroalimentaire de l’Isère

Ce jeudi 29 novembre, le comité de pilotage du pôle agroalimentaire isérois s’est réuni afin de de faire le bilan d’une année 2018 très remplie. La réunion s’est suivie de l’assemblée générale constitutive de l’Association Pôle Agroalimentaire de l’Isère.
Le Pôle Agroalimentaire : une structure en pleine évolution
Imaginé dès 2016, le pôle a, cette année 2018 vu se réaliser l’un des plus importants projets du pôle agroalimentaire : le lancement de la marque Is(h)ere.
Cette marque repose sur trois promesses :
- La provenance sur le département de l’Isère.
- La qualité.
- La juste rémunération du producteur.
Au moment du lancement, en juin 2018, la marque Is(h)ere représentait 120 produits fournis par 20 agriculteurs et artisans agréés. En moins de 6 mois, ces chiffres ont plus que doublé puisque qu’après 3 comités d’agrément, la marque intègre désormais 314 produits venant de 50 producteurs.
Les agriculteurs et artisans agréés Is(h)ere constatent également des retours très positifs avec une bonne évolution des ventes grâce à la marque.
Lancement de l’Association Pôle Agroalimentaire de l’Isère
A l’issu du comité de pilotage du Pôle Agroalimentaire s’est tenue l’Assemblée Générale constitutive de l’Association Pôle Agroalimentaire de l’Isère. Cette association vise à donner une place centrale aux socio-professionnels dans la conduite du Pôle.
Après avoir validé les statuts de l’association, les membres du Conseil d’Administration ont été élus à chaque fois à l’unanimité. Ce conseil est composé de 6 collèges : agriculteurs, transformateurs, distributeurs, collectivités, consulaires et des membres associés supports des activités agroalimentaires.
Les 9 partenaires impliqués dans le projet se disent pleinement satisfaits de la création de cette association qui va permettre au Pôle d’agir de manière plus indépendante, constituant ainsi une nouvelle grande étape de ce projet.

vendredi 30 novembre 2018

RD 525 : la circulation rétablie ce jour

Avec la fin de la première phase des travaux des Gorges du Bréda sur la RD525 ce vendredi 30 novembre en fin de journée, et conformément à l’engagement pris par le Département, la circulation va pouvoir reprendre sur la RD525.
Une première phase de travaux réalisée avec succès
Suite à la constatation de nombreux accidents dans les Gorges du Bréda, sur la RD525, le Département de l’Isère a décidé de sécuriser cette voie. Ces travaux permettront également d’améliorer le niveau de service aux usagers, de réhabiliter plusieurs ouvrages d’art et de créer une bande cyclable dans le sens montant.
La première phase de travaux relative à l’élargissement du pont de la Noue a débuté en septembre 2018. Une coupure complète de la circulation étant nécessaire à cette phase, le Département s’était engagé à l’achever en novembre. Promesse tenue puisque la route sera de nouveau ouverte à la circulation en fin de journée ce vendredi 30 novembre !
Les travaux continuent
Afin d’assurer les finitions sur les équipements du pont, un alternat de circulation pourra être mis en place en journée la semaine entre le 3 et le 14 décembre.
La seconde phase de l’opération sera réalisée du printemps à l’automne 2019. Elle concernera la réparation des murs de soutènement sur une longueur de 900 mètres et la reprise des dispositifs de retenue en bordure de route.
Ces travaux représentent un investissement de 3,8 millions d’euros pour le Département.
« Nous savons que ces travaux peuvent être gênants pour les usagers mais ils sont nécessaires pour la sécurité de tous. C’est pourquoi nous nous engageons sur des durées claires afin que les utilisateurs puissent s’organiser : comme sur tout le mandat, nous disons ce que nous faisons et nous faisons ce que nous disons » explique Jean-Pierre Barbier, Président du Département.
« Ces travaux représentent une véritable nécessité et c’est pourquoi nous avons fait ce choix d’investissement. L’essentiel est que chacun puisse rouler en toute sécurité » ajoute Bernard Perazio, Vice-Président chargé de la voirie, des réseaux d’eau, de l’assainissement et de l’électrification rurale.

1ère pierre de la piscine intercommunale de Saint-Egrève : le Département soutient le "savoir-nager"

Ce vendredi 30 novembre 2018, le Président du Département Jean-Pierre Barbier était présent à Saint-Egrève pour le lancement des travaux de la piscine intercommunale. Ces travaux s’inscrivent en effet dans le cadre du plan « piscine » initié par le Département de l’Isère.
La nouvelle piscine intercommunale de Saint-Egrève : un réel besoin
Le projet d’une nouvelle piscine intercommunale est né d’une situation de fait : l’état des 2 piscines existantes n’était pas conforme à un certain nombre de réglementations et ne permettait donc pas une pratique optimale de la natation.
Cette nouvelle piscine permettra donc de répondre aux besoins de la population en termes d’espace, d’apprentissage et de variété de pratiques.
Le projet a pu voir le jour grâce notamment, à un financement par le Département et par l’Etat dans le cadre du plan « piscine », à hauteur de 1 million d’euros de subvention chacun.
Le plan piscine : le Département en soutien
Le plan « piscine », initié par le Département de l’Isère avec l’Etat, est un plan en investissement ayant pour objectif la construction de piscines dans 6 territoires ne disposant pas de structures suffisantes.
Il a pour but d’assurer dans les années futures, le « savoir nager » des jeunes.
Pour cela, le Département et l’Etat se sont engagés à investir chacun 1 million d’euros dans 6 projets de constructions de piscine dans des zones déficitaires du Département. Il espère ainsi faire acquérir aux jeunes Isérois un savoir essentiel et parfois vital.
« Le lancement des travaux de cette piscine est un signe fort de notre engagement pour les jeunes ! Une piscine est un équipement structurant. C’est un lieu de vie, de partage et d’apprentissage. Savoir nager est fondamental. C’est important pour soi et pour les autres car on peut sauver des vies. Il est donc normal que nous agissions pour que chacun y ait accès. C’est la raison pour laquelle j’ai voulu initier ce plan « piscine » avec l’Etat. » explique Jean-Pierre Barbier, Président du Département.

jeudi 29 novembre 2018

Frais d’acquisition d’un bien immobilier : l’Isère refuse d’ouvrir la porte à une hausse de la fiscalité

Avec un taux de 3,8 %, l’Isère est l’un des trois seuls départements où les frais d’acquisition d’un bien immobilier (appelés Droits de Mutation à Titre Onéreux) sont les moins chers en France métropolitaine. Cette imposition locale extrêmement basse permet aux futurs acheteurs dans le département de réaliser une économie importante lors de leur transaction.
Le Département de l’Isère ne cautionne pas la proposition de l’ADF d’augmenter la fiscalité
Lors de son Bureau du mercredi 28 novembre, l’Assemblée des Départements de France (ADF) a proposé au Gouvernement de créer un fonds de solidarité entre Départements à hauteur de 250 M€, pour lequel le Département de l’Isère, qui contribue déjà à la solidarité entre départements à hauteur de 12 M€ par an, se verrait prélever en cas d’application de 4,2 M€ supplémentaires (+ 35 % de hausse).
A cette occasion, l’ADF demande également au Gouvernement la possibilité pour les Départements d’augmenter de 0,2 point les Droits de Mutation à Titre Onéreux (DMTO), soit de passer d’un taux de 4,5 à 4,7 % qui viendrait alourdir les frais d’acquisition des futurs acheteurs d’un bien immobilier.
Le Département de l’Isère ne cautionne pas cette demande qui ne répond pas à ses engagements sur la maîtrise de la fiscalité depuis 2015 (0 % de hausse sur le foncier bâti et les DMTO).
« En Isère, nous avons fait le choix de créer les conditions pour favoriser l’accession à la propriété. Malgré la pression qui pèse sur nos collectivités, il n’est pas envisageable d’augmenter la fiscalité sur les frais d’acquisition d’un bien immobilier. Nos concitoyens ne le comprendraient pas », explique Jean-Pierre BARBIER, Président du Département de l’Isère.

mercredi 28 novembre 2018

Remis du Prix Territoria : le Département récompensé deux fois

Ce 27 novembre 2018, l’Observatoire Territoria a présenté le Palmarès 2018 des prix qu’il remet chaque année pour récompenser les innovations des collectivités territoriales. A cette occasion, le Département de l’Isère a reçu deux prix pour les projets qu’il a portés.
Des projets innovants primés et la collectivité territoriale la plus récompensée par le Territoria d’Or
L’Observatoire Territoria récompense chaque année les pratiques innovantes des collectivités. Il accorde pour cela 19 prix correspondant à 19 catégories de missions des collectivités territoriales françaises.
Cette année, le Département de l’Isère est heureux d’être la collectivité la plus distinguée du palmarès avec 2 palmes d’or accordées :
- Le prix Territoria d’or de la catégorie « Innovation managériale » pour la démarche « Construisons ! »
- Le prix Territoria d’or de la catégorie « Services aux personnes » pour l’expérimentation IsèreAdom
En parallèle du palmarès Territoria, l’association Bleu Blanc Zèbre a également récompensé le Département pour le « Contrat d’engagement réciproque pour les allocataires du RSA ».
La démarche « Construisons » est un dispositif destiné à encourager l’innovation interne, depuis la collecte et le partage des idées jusqu’à l’organisation du temps, tout en accompagnant l’agent dans la concrétisation de son idée. Elle permet au Département de développer de nouvelles pratiques et de nouveaux services pour l’ensemble des missions dont il a la responsabilité.
L’expérimentation IsèreAdom consiste quant à elle à mettre la technologie au service du maintien à domicile des personnes âgées. Ce projet a pour but de favoriser la sécurité et le bien-être à domicile des personnes en perte d’autonomie, atteintes d’une pathologie chronique invalidante, ou en convalescence. Grâce à un panel d’outils connectés, elle permet aux professionnels référents d’être informé en temps réel de la situation et des besoins d’un bénéficiaire.
Enfin, le Contrat d’Engagement Réciproque (CER) pour les allocataires du RSA est une démarche volontariste proposée dans le Département via un processus issu d’une concertation entre le Département et les allocataires eux-mêmes. Il permet à ceux qui le souhaitent de prendre un engagement bénévole afin d’accompagner une association, de rendre service dans leur voisinage, d’aider une personne âgée… La personne est alors accompagnée dans cette démarche par un agent qui va définir avec elle la meilleure manière de s’engager et l’aider à trouver une place si nécessaire. Cette démarche n’est jamais contrainte mais elle permet aux allocataires de maintenir ou de recréer du lien social.
Le Département à la pointe des innovations de politiques publiques et très régulièrement primé depuis 2015
Ces trois prix viennent s’ajouter à la liste déjà longue des récompenses qu’ont reçues les services du Département. Ainsi depuis 2015, le Département a reçu près de 50 prix et labels et ce dans de nombreux secteurs. Toutes ces palmes sont représentatives du mérite des agents qui s’investissent dans leurs fonctions pour offrir un service public de qualité à tous les Isérois.
Parmi ces récompenses et labels on peut notamment citer :
- Le prix French Mobility attribué au projet Libravoo
- Le Label CNIL « Gouvernance RGPD » dont l’Isère est l’un des 3 seuls Départements dépositaires
- Le prix de la Gazette des Communes attribué à la Direction de l’Education, de la Jeunesse et du Sport pour le projet Cuisine 3* étoiles solidaire
- Le label Ecocert attribué à toutes les cuisines mutualisées des collèges du Département
- Le « Petit Bulletin d’Or » du « musée qui arrive à rendre le patrimoine excitant » attribué au Musée Dauphinois
- Le prix Echarpe d’Or pour les actions en matière de prévention routière sur le triptyque Conducteur Véhicule et Infrastructures
« Je suis très heureux de l’obtention de ces prix ! Ils viennent récompenser notre ambition de politiques publiques modernes et innovantes. Ils viennent saluer aussi tout l’engagement et la qualité du travail fourni par l’ensemble des agents du Département. Ce sont eux qui travaillent chaque jour à améliorer et à développer les missions de service public qui leur sont confiées. Ils peuvent être fiers de ces récompenses et du travail qu’ils accomplissent au service des Isérois ! » explique Jean-Pierre Barbier, Président du Département.

mardi 27 novembre 2018

Musée Champollion : le projet avance

Le Président du Département, Jean-Pierre Barbier, a visité aujourd’hui le site du futur Musée Champollion à Vif. Cette visite a été réalisée en amont des travaux qui devraient commencer début 2019.
Un projet de grande ampleur
En 2001, le Département de l’Isère avait acquis la maison Champollion de Vif où le célèbre égyptologue avait régulièrement séjourné. Avec ce domaine, la collectivité avait également acquis les collections conservées par la famille : peintures, objets d’art, mobilier et effets personnels de Jean-François Champollion (parmi lesquelles les estampages de la pierre de Rosette). Cette acquisition avait permis d’ouvrir la maison le temps d’une année en 2004, pour des visites qui avaient attiré 45 000 personnes. Depuis, la maison était inoccupée et ce patrimoine, aucunement valorisé.
Aussi, en octobre 2016, le Président du Département a acté le redémarrage du projet du Musée Champollion.
L’inauguration du musée est prévue pour le troisième trimestre 2020 pour un budget de plus de 4,6 millions d’euros.
Ce musée présentera dans son exposition permanente la vie et l’œuvre des frères Champollion tandis que les dépendances accueilleront des expositions temporaires.
Le premier musée consacré à l’histoire de l’égyptologie
Le 11e musée départemental offrira aux Isérois, un lieu public dédié aux frères Champollion, sur un territoire fertile pour l’égyptologie. La maison de Vif présentera l’exceptionnel fonds familial et sera également le premier musée dédié à la naissance de l’égyptologie et l’historiographie de cette discipline, faisant voyager les visiteurs de l’Isère jusqu’aux rives du Nil.
« L’ouverture prochaine du Musée Champollion est un symbole fort de la volonté de la majorité départementale d’agir pour la culture dans nos territoires. Avec ce projet, les Isérois pourront apprendre à mieux connaitre l’une des figures emblématiques de notre histoire et à mieux comprendre l’étendue et l’importance de son œuvre » explique Jean-Pierre Barbier, Président du Département.
« Ce projet s’inscrit dans la droite ligne de l’action du Département en matière culturelle depuis 2015. En 3 ans, nous avons augmenté de plus de 55% les moyens accordés à la culture et nous avons pour ambition de faire briller tous les phares culturels de notre territoire » précise Patrick Curtaud, Vice-Président du Département chargé de la culture, du patrimoine et de la coopération décentralisée.

lundi 26 novembre 2018

Visite cantonale du Président du Département dans le canton du Pont-de-Claix

Ce lundi 26 novembre, le Président du Département, Jean-Pierre Barbier, a rencontré les maires du canton du Pont-de-Claix, en présence de Sandrine Martin-Grand et de Pierre Gimel, en leur qualité de conseillers départementaux du canton. Ce fut l’occasion d’échanger avec les maires sur l’action départementale menée sur les 12 communes de ce territoire.
Travailler en proximité, une méthode chère à la majorité départementale
Cette séance de travail avec les maires et leurs représentants est caractéristique de la méthode du Président et de la majorité départementale : « le but de ces réunions qui ont lieu dans chaque canton est de pouvoir répondre aux attentes des élus locaux, dans le cadre des compétences du Département. Contrairement aux déclarations du Président de la République en marge du Congrès des maires la semaine dernière à Paris, je continue de penser que la libre administration des collectivités est essentielle pour un service public de proximité et de qualité. Je suis aussi convaincu du rôle fondamental des élus locaux qui sont en première ligne sur nombre de politiques publiques qui concernent le quotidien de nos concitoyens » déclare Jean-Pierre Barbier, Président du Département.
Le Département répond présent sur le territoire métropolitain, comme partout en Isère
Pierre Gimel, Vice-président en charge des finances, ajoute : « Aucun territoire ne doit être délaissé, y compris sur le périmètre métropolitain. C’est la raison du déploiement du réseau Isère Très Haut Débit, sur 7 communes du canton, qui étaient restées hors zone AMII (Appel Manifestations d’Intention d’Investissement). La solidarité territoriale joue également par l’aide aux communes et EPCI dont le montant s’élève à hauteur de 50 millions d’euros à l’échelle départementale. Sur le canton, le Département a ainsi accordé 3,3 millions d’euros d’aide à l’investissement depuis 2015 en soutien aux projets des communes, associations et des particuliers. A titre d’illustration, 8 projets de construction ou de rénovation d’écoles ont été soutenus depuis 2015 ».
L’action départementale se poursuit, en dépit de transferts de compétences exigés par la loi NOTRe. Et à Sandrine Martin-Grand, de souligner le rôle tenu par le Département en matière sociale : « Sur le canton, 9% de la population active est bénéficiaire du RSA, contre moins de 4%. Le Département répond présent, avec des réponses adaptées. En atteste l’implantation des Services Locaux de Solidarités (SLS). De nouveaux locaux seront inaugurés le 18 décembre prochain à Pont de Claix ».
La matinée s’est poursuivie par une visite du futur site du musée Champollion à Vif, projet pour lequel le Département investit 4,6 millions d’euros. D’autres projets sont également accompagnés à l’instar de la sauvegarde dans le cadre de la Mission Bern du Château de Bon Repos à Jarrie, ou encore, la « Grange des Maths » à Champ-sur-Drac.