vendredi 5 juillet 2019

Le Département et l’Université Grenoble Alpes ensemble pour l’école supérieure du professorat et de l’éducation

Ce vendredi 5 juillet, le Président du Département, Jean-Pierre Barbier, et le Président de l’Université Grenoble Alpes, Patrick Lévy, ont signé la convention de financement du projet « Cluster de l’Education » en présence de la Présidente de la ComUE, Lise Dumasy, de la Rectrice de l’Académie de Grenoble, Fabienne Blaise, du Vice-Président du Département en charge des bâtiments départementaux André Gillet, et du Directeur-adjoint de l’Ecole Supérieure du Professorat et de l’Education (ESPE), Jérôme Clerc.
Dès 2015, le Département s’était engagé à contribuer financièrement à hauteur de 6 M€ à la relocalisation de l’ESPE sur le campus de Saint-Martin-d’Hères à la condition de compenser sa participation par la vente du tènement occupé actuellement par l’ESPE à Grenoble.
Dans cet esprit et dans la volonté de donner une suite rapide à cet engagement, le Département répondant à l’offre d’un aménageur (au prix de 9,4 M€) avait délibéré, dès 2016, pour céder ce tènement et permettre d’engager sans délais les travaux de relocalisation de l’ESPE.
La Ville de Grenoble ayant décidé de préempter via la SEM SAGES à un prix (5,2 M€) inférieur à la compensation nécessaire au financement attendu par l’Université et engagé les procédures judiciaires consécutives, le projet s’en est retrouvé retardé de plusieurs années.
Suite à l’arrêt du 5 décembre 2018 de la Cour d’appel de Lyon fixant un montant d’achat ferme à 8M€, le Département a finalement signé avec la SAGES l’acte authentique de vente de l’actuel tènement de l’ESPE, lequel garantit le maintien dans les lieux jusqu’au terme des travaux de relocalisation.
Aussi la signature de la convention de financement du Cluster Education entre le Département de l’Isère et l’Université Grenoble Alpes vient préciser et acter définitivement les modalités d’un projet qui va enfin pouvoir aboutir !
Le Département et l’Université Grenoble Alpes sont heureux de pouvoir désormais confirmer la construction de ce bâtiment qui sera bénéfique pour les conditions de formation des futurs professeurs, dans des locaux au coeur du campus de Saint-Martin d’Hères, à proximité directe des autres départements d’enseignement et des laboratoires de recherche du site.
« Il n’est pas courant pour un Département de financer ce type d’opération. C’est pourquoi je suis d’autant plus fier d’investir dans l’Education au sens large et dans l’Enseignement Supérieur par le biais de cette convention ! » précise Jean-Pierre Barbier, Président du Département.
« Je tiens à remercier le Département pour son soutien dans le financement de cette opération immobilière hors norme qui permet de créer sur notre campus, un Cluster de l’Education qui au-delà de l’ESPE, réunira sur un même site, les services de la Formation Continue du Rectorat, la Maison pour la Science et l’atelier Canopé de Grenoble. Ce rapprochement favorisera le continuum entre formation initiale et formation tout au long de la vie de l’ensemble des enseignants du département, voire de l’académie, et il permettra aussi de mieux articuler la formation des enseignants et la recherche, condition indispensable à la formation d’enseignants capables de préparer nos élèves à relever les défis du 21ième siècle. » déclare Patrick Lévy, Président de l’Université Grenoble Alpes, lors de son allocution.

jeudi 4 juillet 2019

Pack’Rentrée : déjà plus de 57 000 inscriptions !

Le Département simplifie la rentrée scolaire en proposant un dispositif qui permet aux parents d’alléger le coût de la scolarité de leurs enfants, leur redonnant ainsi du pouvoir d’achat. Il reste encore 10 jours jusqu’au 15 juillet pour s’inscrire en ligne.
Un dispositif d’aide pour toutes les familles iséroises.
Comme chaque année, le Pack’Rentrée permet aux collégiens d’accéder à des services de loisirs, de restauration et de transport Ce dispositif facilement accessible en ligne est un des piliers de la politique jeunesse du Département, il permet aux familles iséroises d’alléger le coût de la scolarité de leurs enfants.
Les parents dépensent environ 340€ pour un collégien, notamment en fournitures scolaires hors frais de transport, de demi-pension et de loisirs. L’école, bien que gratuite, représente un coût non négligeable pour les familles.
Disponible dans tous les établissements, la brochure du Pack’Rentrée propose 3 services :
- Le Pack’loisirs – Pour seulement 8 €, il contient 56 € de réductions pour découvrir et pratiquer une activité sportive ou culturelle auprès de 2 900 partenaires isérois.
Il s’adresse à tous les collégiens.
- Le Pack’restau – Le Pack’restau permet de bénéficier de 46 à 65% de réductions supplémentaires sur la facture des restaurations scolaires en plus du financement déjà existant du Département (Sur les 7.18€ du prix de revient d’un repas, 3.90€ sont pris en charge par les parents).
Il s’adresse à tous les collégiens scolarisés dans un établissement public isérois, dont la famille bénéficie d’un quotient familial inférieur ou égale à 1000
- Le Pack’transport – Pour la 5ème année consécutive, les élèves isérois bénéficieront de la gratuité des transports mis en place par le Département de l’Isère et la Région Auvergne-Rhône-Alpes.
Il s’adresse aux élèves de primaires, collèges, MFR et lycées *.

Comment en bénéficier ?
Pour bénéficier de ces services dès la prochaine rentrée scolaire, les parents doivent effectuer leur démarche par Internet sur www.isere.fr avant le 15 juillet > Rubrique Pack’Rentrée

« Fidèles à nos engagements, nous proposons cette année encore l’aide du Pack’Rentrée, qui permet à tous d’avoir un égal accès à l’éducation et aux loisirs. » explique Jean-Pierre Barbier, Président du Département.

* Pour avoir droit à la gratuité, le domicile et l’établissement scolaire de l’élève ne doivent pas être tous deux situés dans la même communauté de communes ou d’agglomération que : Grenoble Alpes Métropole, Vienne Condrieu Agglomération, Pays voironnais, Grésivaudan, CAPI. Dans ces périmètres, les transports scolaires relèvent des autorités organisatrices de transports urbains correspondantes.

jeudi 27 juin 2019

Téléphonie mobile : le Département améliore la couverture

Cet après-midi, Damien Michallet, Vice-Président du Département chargé de l’aménagement numérique et des systèmes d’information, et Frédérique Puissat, sénatrice et conseillère départementale, ont inauguré le site multi-opérateurs d’accès à l’internet mobile à Saint-Jean d’Hérans.
Le Département à la manœuvre pour l’extension du réseau de téléphonie mobile
Ce pylône est le quatorzième aménagé par le Département de sa propre initiative. Engagé dans le Plan national de résorption des zones blanches, il a investi 120 000 € pour sa construction en tant que maître d’ouvrage avec une participation financière importante de l’Etat. L’antenne a été mise en service l’automne dernier par l’opérateur Free. Orange et SFR l’ont également intégré à leurs réseaux mobile.
Cet investissement est inclus dans un programme pluriannuel de 1,3 M€ destiné à garantir un réseau de téléphonie mobile le plus fonctionnel possible sur l’ensemble du territoire isérois via l’aménagement de 19 pylônes d’ici 2021. De plus, une montée en puissance de ces pylônes « première génération » est prévue afin de rendre accessible le réseau 4G sur tout le territoire.
Le Département contre la fracture territoriale
Cet investissement du Département dans la lutte contre les zones blanches prend part à un plan plus global de lutte contre la fracture territoriale s’agissant des réseaux de communication.
Le réseau Très Haut Débit, dont le chantier a débuté en 2017 desservira la fibre optique sur 92% du territoire isérois, pour un investissement total d’un demi-milliard d’euros, les 8% restant étant desservis sur l’initiative des opérateurs privés.
L’Isère sera donc connectée au Très Haut Débit sur la totalité de son territoire alors que, sans l’intervention du Département, 1 isérois sur 2 aurait subi la fracture numérique.
Grâce à la création de plus de 450 000 prises raccordables, l’Isère va ainsi connaitre un avantage compétitif indéniable, source d’une grande attractivité pour les professionnels comme pour les particuliers.
« L’inauguration de ce pylône montre comment concrètement les choses avancent en Isère. Grâce à tous ces investissements dans la téléphonie mobile et le THD, nous poursuivons un objectif essentiel : faire entrer toute l’Isère dans le 21e siècle ! » explique Damien Michallet.
« Le Département est garant des solidarités territoriales. Avec le réseau Isère THD et le déploiement des pylônes d’accès mobile, nous offrons aux isérois l’égalité d’accès aux réseaux de communication. C’est notre devoir et nous sommes fiers d’y répondre » précise Jean-Pierre Barbier, Président du Département.

mardi 25 juin 2019

Le Département présente l’opération « Donner son sang, c’est jouer collectif »

Jean-Pierre Barbier, Président du Département de l’Isère, était ce matin à Vienne avec Elisabeth CELARD, conseillère départementale, Anna Josephsson, chargée de communication de l’Etablissement Français du Sang Rhône-Ain, Andrée Malassagne, Présidente de l’association du don du sang bénévole de Vienne, et de Brice Poreau, médecin responsable des prélèvements sur le territoire Rhône-Vienne, afin d’évoquer la question essentielle du don du sang et l’opération « Donner son sang, c’est jouer collectif » à laquelle participe le Département.
L’opération « Donner son sang, c’est jouer collectif »
L’opération « Donner son sang, c’est jouer collectif » a été initiée par une assistance sociale du Département et tout une équipe de la collectivité territoriale y participe.
Face à la pénurie de donneurs et à l’essoufflement des bénévoles, ce projet vise à recruter de nouveaux volontaires en s’adressant à tous les milieux et âges grâce à de nouveaux ambassadeurs du don formés par l’Etablissement Français du Sang (EFS).
Grâce à ce programme, le nombre de donneurs engagés sur les 3 premières collectes de 2019 est supérieur à celui de 2018 avec 73 nouveaux donneurs.
Dans ce cadre, un évènement mobilisant les partenaires du l’opération sera organisé le 25 septembre prochain à Vienne. 400 personnes seront attendues ce jour-là à la salle des fêtes, soit 200 de plus par rapport à 2018.
Le Département attentif à la santé publique
Ce programme rentre dans le cadre des problématiques de santé publique du Département : en tant que premier acteur des solidarités humaines, le Département de l’Isère a fait le choix de maintenir parmi ses missions celle de la santé publique. Il se donne pour mission de préserver, protéger et promouvoir les actions de santé auprès des isérois.
A ce titre, il consacre 3 millions d’euros par an à cette prérogative. C’est donc tout naturellement qu’il s’investit sur la thématique du don du sang, une question qui concerne tous les isérois de par son importance.
 « Je remercie tous les partenaires engagés dans cette grande action solidaire : c’est main dans la main que nous construisons de belles choses. Les donneurs de sang donnent deux choses très précieuses : de leur sang et de leur temps. C’est un engagement éminemment noble et citoyen.
J’invite tous les isérois à se mobiliser pour donner leur sang et à sensibiliser ceux qui les entourent. Le don du sang nous concerne tous directement, nous devons tous nous y investir
» explique Jean-Pierre Barbier, Président du Département.

mardi 18 juin 2019

Compte Administratif : le Département fait le bilan de sa gestion financière

Ce vendredi 21 juin, la session publique du Département de l’Isère verra notamment la présentation de son compte administratif 2018. Ce document présente l’utilisation concrète qui a été faite des ressources financières du Département au cours de l’année écoulée. A cette occasion, le Président du Département, Jean-Pierre Barbier, dresse un bilan financier des comptes de la collectivité depuis 2015, un bilan respectueux des engagements qu’il avait pris lors de son élection avec la majorité départementale.
Le compte administratif d’une collectivité dresse le bilan concret des dépenses et des recettes qu’elle a effectivement réalisées au cours de l’année passée.
En 2015, le Président du Département avait pris 3 engagements forts s’agissant de la gestion financière de la collectivité, 3 engagements concernant les dépenses et les revenus qui ont été respectés.
Pas d’augmentations d’impôts
Alors que de nombreux départements ont fait le choix de renforcer leurs ressources par des hausses d’impôts, depuis 2015 le Département a respecté son engagement : aucune augmentation de la fiscalité départementale qu’il s’agisse de l’impôt sur le foncier bâti ou des droits de mutation à titre onéreux. Sur ce dernier point, l’Isère est d’ailleurs l’un des 3 départements de France Métropolitaine à appliquer le taux le plus faible (3,8% contre 4,5% en moyenne).
La concrétisation de cet engagement permet aux habitants de l’Isère de ne pas voir leur pouvoir d’achat diminuer en raison de la fiscalité départementale.
Un engagement sur l’investissement efficace
Autre engagement essentiel, le Département a initié une politique importante d’investissements. Depuis 2015, ces investissements ont porté sur un soutien marqué et volontariste envers les communes et les intercommunalités mais également sur les équipements et projets propres à la collectivité.
En 2018, l’investissement réalisé par le Département était le plus important de son histoire avec un montant de 273 M€. Il comportait notamment, 178 M€ pour les investissements départementaux et 84 M€ en direction des partenaires, parmi lesquels les communes et intercommunalités.
En 4 ans, la moyenne de l’investissement est passée de 244 M€ par an sur la période 2011-2014 à 260 M€ par an sur la période 2015-2018.

Bien qu’il faille encore rester prudent, la réalisation de cet engagement a notamment permis de soutenir l’activité économique dans le département et d’encourager l’emploi. Ainsi, le taux de chômage en Isère est passé de 8,5 % au 1er trimestre 2015 à 7,2 % au 4e trimestre 2018. Des chiffres qui encouragent la collectivité à continuer dans sa lancée.
Des dépenses de fonctionnement maîtrisées
Parallèlement à la maitrise de l’impôt et à l’augmentation de l’investissement, le Département s’était engagé à maîtriser ses dépenses de fonctionnement grâce à l’évaluation de ses politiques.
En 2018, les dépenses de fonctionnement de la collectivité ont ainsi diminué de 0,3% alors que le pacte financier voulu par l’Etat imposait de ne pas les augmenter de plus de 1,2%.
Les recettes de fonctionnement ont quant à elles, augmenté de plus de 2,2%, permettant ainsi la progression de l’épargne brute de 20,3%
Seule l’année 2017 a connu une hausse des dépenses de fonctionnement due à des éléments indépendants de la volonté politique des élus :
- Le transfert de compétences à la métropole et à la région ayant imposé un basculement de certaines dépenses d’investissement en dépenses de fonctionnement.
- La hausse du point d’indice des agents de la fonction publique.
- L’arrivée massive du nombre de mineurs non accompagnés ayant entrainé la mobilisation d’un budget conséquent pour répondre aux besoins.

« On le voit bien à travers ce bilan très concret, le Département dit ce qu’il fait et fait ce qu’il dit. Aujourd’hui, les Isérois profitent du respect de ces engagements via leur pouvoir d’achat mais également grâce à l’amélioration de leur cadre de vie. » explique Jean-Pierre Barbier, Président du Département.

jeudi 13 juin 2019

Les acteurs du territoire Bièvre-Valloire sensibilisés à la radicalisation


Ce jeudi 13 juin, le Président du Département Jean-Pierre Barbier s’est rendu à La-Côte-Saint-André afin d’ouvrir la journée de sensibilisation à la radicalisation organisée à l’intention des professionnels susceptibles d’identifier les situations de radicalisation ou à risques.
Sous l’impulsion de la majorité départementale, un travail a été lancé sur le territoire de Bièvre Valloire afin de sensibiliser les professionnels à la radicalisation. Dans ce cadre, plusieurs groupes de travail ont été mis en place.
C’est dans ce contexte que cette journée a rassemblé des agents de diverses collectivités et services, à l’instar des centres sociaux du territoire, des communautés de communes, du Conseil Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance, de l’Education Nationale ou encore des partenaires de la protection de l’enfance.
Après l’ouverture de la journée en présence de Jean-Pierre Barbier, Président du Département, de Joël Gullon, maire de La-Côte-Saint-André et de Philippe Mignot, maire de Beaurepaire, les participants ont assisté à une conférence donnée par Abdellatif Chaouite, docteur en psychologie clinique et anthropologue, et Farid Righi, sociologue, travailleur social et formateur dans les Instituts de Formation du Travail social et de l’animation, sur le thème « Le vivre ensemble à l’épreuve de l’interculturel ».
La journée s’est poursuivie autour d’une table ronde pour échanger autour de situations problématiques et la construction de postures professionnelles adaptées.
« Je suis heureux de la mobilisation de l’ensemble des partenaires du territoire sur ce sujet, qui reste toujours d’actualité. La France est durement touchée par la radicalisation et face à ce phénomène, notre responsabilité est d’accompagner notre jeunesse dans la construction de son avenir. Je suis fier du travail impulsé sur ce territoire et je remercie ceux qui interviennent au quotidien sur ces questions » explique Jean-Pierre Barbier.

mardi 11 juin 2019

Réhabilitation du collège Jules Flandrin : les travaux avancent !

Ce mardi 11 juin, le Président du Département Jean-Pierre Barbier était présent aux côtés de Jean-Claude Peyrin et Agnès Menuel, conseillers départementaux du canton, afin d’inaugurer la 1ère phase des travaux de réhabilitation du collège Jules Flandrin, à Corenc. Un projet lancé dans le cadre du Plan Pluriannuel de Réhabilitation et de Construction des Collèges du Département.
La réhabilitation du collège : une lourde restructuration
Dans le cadre de son plan pluriannuel, le Département a acté la restructuration totale du collège de Corenc dans le but d’étendre sa capacité à 550 élèves.
Dans ce but, 4 éléments vont être réhabilité :
- Le bâtiment principal de l’externat
- Le bâtiment principal de la demi-pension
- Les espaces extérieurs (parvis, cour, plateau sportif) et les réseaux
- L’étanchéité, la façade et la menuiserie des logements.
L’ensemble de ces travaux a été réparti en 3 phases :
- Une première phase concernant la moitié de l’externat et le bâtiment demi-pension
- Une deuxième phase incluant la seconde moitié de l’externat, le porche d’entrée, les logements et le local poubelles
- Une dernière phase avec le parvis, le plateau sportif, la cour et le parking.
La première phase de ces travaux avait débuté en novembre 2017. En avril dernier, cette phase a pris fin dans le délai imparti et la deuxième a donc pu débuter en mai.
Ces travaux représentent un investissement total de plus de 13,2M€ pour le Département.
Un projet inscrit dans le plan pluriannuel de réhabilitation des collèges
La réhabilitation du collège Jules Flandrin prend place dans le cadre du Plan Pluriannuel de Réhabilitation des Collèges voulu par la majorité départementale. Avec ce plan d’investissement de plus de 221 M€, le Département fait de l’éducation l’une de ses priorités.
Il permettra la rénovation de 41 collèges sur la durée du mandat et la construction d’un nouveau collège à Champier. Sur ces 42 chantiers, 11 ont d’ores et déjà été achevé tandis que les 31 autres, déjà engagés, sont en cours de réalisation.
En plus de ce plan d’investissement en faveur des bâtiments scolaires, le Département a pris l’engagement de connecter l’ensemble des collèges du territoire au Très Haut Débit. A travers cet engagement, il s’assure que l’ensemble des élèves, quel que soit le territoire où ils résident, aient accès au meilleur du numérique dans le cadre de leurs études afin de pouvoir se former à l’utilisation des nouvelles technologies. 65 collèges ont déjà été raccordés.
« L’éducation est au coeur du programme du Département. C’est pourquoi, nous n’avons pas hésité à engager ce plan de rénovation des collèges qui va permettre à des milliers de jeunes Isérois d’étudier dans des conditions optimales pour leur avenir. La réhabilitation du collège Jules Flandrin est un projet fort et attendu sur ce territoire, c’est notre devoir d’y répondre. » explique Jean-Pierre Barbier, Président du Département.
« Le Département veut offrir ce qu’il y a de meilleur à ses jeunes. Aussi, nous investissons dans de nouveaux bâtiments qui leur permettront d’étudier à proximité de chez eux et avec les nouveaux outils que sont les outils numériques. Nous savons qu’ils seront de plus en plus au coeur des métiers de demain » ajoute Cathy Simon, Vice-Présidente chargée des collèges.