lundi 10 juillet 2017

Réflexions sur la citoyenneté

L’éveil de la citoyenneté, ce mélange de droits et de devoirs, est le fruit d’un apprentissage au long cours. Les institutions, Etat et collectivités territoriales, prennent chaque jour leur part dans l’éducation de nos jeunes. Mais elles ne sauraient se substituer au pilier de cet enseignement, les parents. Les collectivités et l’Education nationale peuvent les assister en cas de besoin, mais pas les remplacer. Trop souvent, lorsque la citoyenneté laisse place aux incivilités, aussi « bénignes » soient-elles, on laisse faire. On trouve des raisons pour minimiser les faits, justifier l’injustifiable. On rejette la faute sur les autres, sur le système, sur le soi-disant manque d’engagement des acteurs publics...
Ce sont pourtant bien les collectivités et l’Etat qui œuvrent chaque jour pour offrir une place dans l’école de la République à tous nos jeunes sans distinction, leur permettant de s’émanciper par le savoir et d’acquérir les capacités pour s’insérer dans notre société. Il est aussi courant de rejeter la faute sur l’Education nationale, alors même que les enseignants font un travail extraordinaire dans tous les quartiers, et notamment dans les plus dits difficiles. La vérité, c’est que la mission des pouvoirs publics ne peut être pleinement efficace qu’avec l’implication constante des parents dans l’éducation de leurs enfants. Aussi, il est primordial que chacun remplisse sa fonction. Il n’y a pas de solution miracle si chaque acteur ne joue pas son rôle. 
Les graves événements survenus à Grenoble au mois de juin avec l’incendie criminel d’un collège et l’agression des sapeurs-pompiers venus éteindre le feu par des adolescents, nous amènent à nous interroger. Comment en arrive-t-on à réduire en cendres le lieu consacré à l’apprentissage et à l’épanouissement de la jeunesse ? Comment peut-on jeter des pierres sur ceux qui s’engagent pour les autres, parfois au péril de leur vie ? Au-delà de cet épisode intolérable, il est légitime de se demander comment des jeunes adolescents peuvent autant échapper à l’autorité parentale, alors même que celle-ci devrait être leur cadre, leur repère.
Plus que jamais les parents doivent apprendre à leurs enfants qu’il n’y a pas de droits sans devoirs et que le respect d’autrui est essentiel pour vivre ensemble. C’est aussi le rôle des responsables politiques de le rappeler, sans détourner le regard ou chercher des excuses.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire